De Clarens à Soweto

Publié le par Chris

Jour 20

 

Visite du Musée de l'apartheid à Johannesburg


Avant de s'immerger dans Soweto, la visite du musée de l'apartheid à Johannesburg est une bonne mise en condition.

Dès l'entrée, on est plongé sans ménagement dans les règles de ce système.

On reçoit une carte "white" ou "non-white" en fonction de sa couleur de peau et on pénétre par la porte correspondant, avant de se rejoindre un peu plus loin.


SOWETO-2009-2011-004-modif.JPG

 

Des panneaux et vidéos nous présentent le système de ségrégation, les discours racistes, le soulèvement populaire, la répression, la torture, des témoignages de prisonniers et pour finir des images de libération et d'élections démocratiques.


SOWETO-2009-2011-007.JPG

 

On retient en sortant ces paroles de Mandela:

"Oublier, on ne pourra jamais, mais pardonner, on le peut."


 

Soweto

 

Question: Soweto, y aller tout seul ou pas?

Réponse du guide du routard: "... c'est encore un peu tôt pour y aller tout seul en voiture. Au-delà des problèmes de sécurité qui subsistent encore, même si la présence voyante de la police contribue à faire baisser la criminalité sans toutefois l'éradiquer, vous vous perdriez dans le dédale des banlieues, la signalétique étant largement insuffisante."

 

Notre décision: y aller! 


Alors, comme le disait le Routard, la signalisation est très limitée et comme notre plan de Soweto est très succinct (3 millions d'habitants regroupés sur une carte de 10cm sur 10), que pensez vous qu'il advint?


Ce que le Routard avait prédit!


Nous nous perdons et, sans trop savoir comment, nous atterrissons devant l'université.

Là, le gardien nous explique comment rejoindre le quartier "historique" de Soweto.

Finalement, ce n'est pas très loin.

Dans un 1er temps, nous cherchons un bed and breakfast. 

Nous nous installons au Dakalo BB, chez Dolly.

Nous lui demandons si, le lendemain, elle peut nous faire visiter le quartier. Elle non, mais elle nous mettra en contact avec quelqu'un du quartier qui a vêcu les évènements de Soweto.

Aujourd'hui, nous visiterons donc seuls Vilakasi Street et ses environs.

Ce quartier est modeste, mais pas misérable.

Dans la rue, à part quelques touristes accompagnés de guides, nous sommes les seuls blancs et, comme presque partout en AFS, les seuls blancs à marcher.


SOWETO 2009 2011 035 (1)


Ici, des enfants sont contents de nous montrer leurs dessins.

Plus loin, des lycéennes sont heureuses d'échanger quelques mots en français avec nous.

Plus tard, nous engageons la conversation avec un habitant du quartier et nous restons à papoter pendant un bon moment.

Nous ne regrettons vraiment pas de nous balader seuls, c'est l'occasion d'échanges très sympas.

 

Ce quartier a été au coeur de la lutte contre l'apartheid.

En 1976, le gouvernement a voulu imposer l'africaans à l'école. 

Le 16 juin, une manifestation pacifique de masse a été organisée pour s'y opposer et un collégien, Hector Peterson, a été tué par la police.

Sa photo, dans les bras d'un plus grand, à côté de sa soeur en pleurs a fait le tour du monde.

 

Soweto-2-Pretoria-004.JPG


En quelques jours l'opinion publique a pris conscience et désavoué le système de l'apartheid.


Avant d'être emprisonné, Nelson Mandela habitait ici, à Vilakasi Street. Sa maison est aujourd'hui un musée.


SOWETO 2009 2011 032 (1)

SOWETO 2009 2011 019

SOWETO 2009 2011 015

SOWETO 2009 2011 022


SOWETO 2009 2011 046

 

Un peu plus loin, dans la même rue, se trouve la maison de l'archevèque Desmond Tutu, également prix Nobel de la Paix.


SOWETO 2009 2011 104

 

De nombreuses peintures murales rappellent les évènements qui ont ensanglanté Soweto.

 

Soweto-2-Pretoria-098.JPG


SOWETO 2009 2011 038 (1)

SOWETO 2009 2011 039 (2)

SOWETO 2009 2011 042 (1)

SOWETO 2009 2011 089

SOWETO 2009 2011 097 (1)


Au retour au bed and breakfast, j'essaie à plusieurs reprises de discuter avec Dolly, mais sans succès.

Je suis déçue, parce que si nous avons choisi de dormir ici, dans ces conditions, c'est pour l'échange.

Vraiment dommage...


Commenter cet article

Poupie 05/11/2011 23:16


je suis allée deux fois en afrique du sud pour faire des safaris. et j 'ai été choquée de voir que les personnes noires ont des cicatrices de brulures importantes sur les bras et également des
cicatrices beantes sur le crane !
il y a des traces de cet aparteid ...
bonne continuation pour votre blog


muse 20/10/2011 19:42


Ton B&B, il me rappelle mon séjour chez l'habitant à Londres... je parle donc toujours aussi mal l'anglais!


Chris 21/10/2011 16:55



Une solution pour améliorer ton anglais: les sorties avec OVS.


Remarque bien, ça ne me ferait pas de mal non plus.